La Faucille en automne.

Par Thomas Twieg, 4 octobre 2008.

Cela fait tout juste une semaine qu’on a passé une soirée d’observation agréable. Il est samedi et la météo s’annonce de nouveau favorable. Que faire – sortir ? Pourquoi pas. Il est 16:00 heures, un message de  dernière minute est vite envoyé au club. Il y aura peut-être d’autres passionnés qui attendent juste un petit appel...

En attendant les réponses j’ai sorti les vélos et je suis parti avec mon fils pour ramasser des châtaignes. Honnêtement il fait froid et je me pose la question « Est-ce que c’est vraiment une bonne idée ? » Mais bon, il y a quand même des réponses. Revenu avec un sac plein de châtaignes qui sèchent maintenant dans la cuisine j’ai préparé le matériel. J'aurais bien aimé continuer l’observation des galaxies d’automne avec le C11 de nouveau de la partie.

Claude, Nicolas et Mme Brooks sont partants - beaucoup de réponses pour un mail « dernière minute ». Rendez-vous 21:00 heures au Col de la Faucille comme d’habitude.

Arrivés au Col on constate une couche de neige au bord de la route. Bien sûr on a annoncé de la neige mais la réalité surprend un peu. Nous sommes début octobre et je ne pas sûr de pouvoir aller jusqu’au site d’observation. Aller on y va quand même ! Les routes sont sèches jusqu’à Lajoux, par contre les dernièrs 50 m de piste sont recouverts de 3 à 5 cm de neige et personne n’a de pneus neige.

J’essaye d’avancer mais après quelques mètres c’est Nicolas qui me pousse et les traces sont faites. Pour les autres voitures il n’y a plus de problème. On ne se pose pas de questions pour le retour, l’attraction du ciel est plus la forte. Tout le monde est un peu excité à cause des bonnes conditions, le paysage est féérique. Normalement ce site est inaccessible en hiver et on pense déjà à organiser une soirée d’observation avec des raquettes, ski de fond, des télescopes transportés avec des luges, -25°C – haha - que du bonheur.

L’installation du matériel se poursuit, il y a ce soir mon C11, le TMB 102/650 de Claude et le Celestron Nexstar de Nicolas. Puis on fait le tour des constellations avec le laser vert, on se réjouit avec Pégase, Pégase, Pégase, puis Andromède, les Poissons, le Bélier... Par contre je ne me souviens pas d’avoir déjà vu le Sagittaire les pieds dans la neige... bizarre, bizarre.

M15, M31, M32, M110, ε Lyr, on connaît tous ça, retour sur M15 puis descendre sur la déclinaison et on tombe sur M2 (voir la semaine passée). Maintenant je cherche M72 un amas globulaire peu observé dans le verseau. Il n’est pas très spectaculaire, peu lumineux et je n’arrive résoudre que les bords de l’amas en étoiles. Pas étonnant : M72 est très loin – 58510 années lumière et il se trouve derrière le centre galactique. Les scientifiques supposent que cet amas qui rétrograde autour du noyau de la voie lactée, vient d’une autre galaxie.

Juste à coté on trouve M73 qui est ni une nébuleuse, ni un amas, ni une galaxie mais probablement un astérisme découvert par Messier la nuit entre le 04 et 05.10.1780 – est ce un hasard ?

Quatre étoiles qui forment un Y ; joli à voir dans le télescope mais ces étoiles n’ont aucune liaison physique. Les distances de ces étoiles sont entre 900 et 2590 années lumière.

Nicolas et Claude cherchent Uranus, ils ne sont pas sûrs de l’avoir trouvé.

Puis NGC7009 (nébuleuse de saturne) est au programme et après je veux enfin attaquer les galaxies.

Cependant les nuages commencent à couvrir le ciel. Juste la partie de Pégase et du Verseau est encore dégagée. Punaise – on avait annoncé du grand beau (?). Il est  0:30 heures et on fait quelques photos de l’équipe. Claude et Jane ne veulent plus attendre que le ciel s’ouvre et rentrent. Et nous ? Honnêtement je ne vois pas non plus de trous dans les nuages et je commence aussi à plier le matériel.

Soudain un nouveau trou se forme et devient de plus en plus grand. Oh là là qu’est-ce qu’on fait, ressortir le télescope ? Non – on fait un peu d’observation à l’œil nu. On voit la Baleine, identifie Deneb Kaitos (β Cet) et Menkar (&#x03AC Cet), les Poissons, le Petit Cheval et même Formalhaut du Poisson Austral qui monte au dessus de l’horizon sud. Le ciel est complètement dégagé et se présente plus beau qu’avant. La ceinture d’Orion monte au dessus des arbres, Castor et Pollux se lèvent et brillent bas sur l’horizon est. Le moment est vraiment magique. On discute encore un peu et vers 02 :00 heures on quitte sans problème les Hautes Combes du Jura, avec nos pneus d’été.

Et les galaxies d’automne ? On continue une autre fois...

Nicolas a un programme bien différent en prévision : voyage  astro  dans le désert de Maroc. Il n’aura certainement pas de problème avec la neige et je lui souhaite « bon voyage » !

Restez à l'oculaire !

Thomas

Retour...