"La chasse au casque de Thor - partie 3 sur 3".

Par Thomas Twieg, 15 février 2010.

Partie trois  – 15.02.2010 :

On est déjà au mois de février et je n’ai toujours pas vu le « casque de Thor ». Alors c’est l’heure de se dépêcher avant que la chasse aux galaxies du printemps commence. Là, ce sera trop tard pour la région autour de Sirius.

Samedi je suis allé en ski de fond dans la forêt du Massacre près de Lajoux.

Bien-sûr je voulais voir l’état de notre site d'observation estivale et j’ai pu constater qu'il y a énormément de neige. On ne trouve plus la barrière qui se trouve sur la piste à 50 m d'ici. Pendant ce week-end il y avait la nouvelle lune mais aussi les stratus plus du brouillard – quel mer . . .  au dessus de 1700 m c'était du grand beau !!! Mais attention – on se prépare.

Deux jours plus tard le « moment de vérité » semble être venu. Du grand beau, le brouillard se dissipe – allons-y il ne faut pas attendre. Un mail « dernière minute » est écrit rapidement au bureau et c'est parti.

Préparation du matériel, du thé et des vêtements chauds comme d’habitude, quelques appels (Nicolas a eu de nouveau la même idée) et vers 21h 15 je suis arrivé à La Vattay. Aaahhh 200 m.  Bon ça ne dérange pas trop car je ne veux pas faire des photos, juste un peu de visuel pour le plaisir.

Le thermomètre indique -7°C.

A 22h 30 on a déjà -9°C.

La nébuleuse d’Orion M42 suit à notre tour des constellations à l’œil nu – une « valeur sûre ». Le temps passe et on n’arrête pas de bavarder. Steven pense déjà à rentrer, apparemment il n’est pas en forme, aujourd’hui c’est trop froid pour lui. Avant qu’il parte je mets encore Mars avec sa calotte polaire dans l’oculaire – comme la dernière fois.

J’ai choisi NGC 2261 – la nébuleuse variable de Hubble – comme premier « highlight ». Mais d’abord il faut arriver à la repérer. Finalement amas NGC 2244 + nébuleuse NGC 2237-9) que tout le monde connaît. D’ici 4° plus au nord on trouve NGC 2251 : allons-y. Je remonte doucement la déclinaison et voilà un petit amas tom tom NGC 2236 ... Le «GOTO» humain a trouvé la solution ! Maintenant c'est facile de retrouver le « vrai NGC 2251 » quand même plus lumineux et mieux résolu. D'ici à peine 1,5° en direction nord-est on trouve cette fameuse nébuleuse variable – NGC 2261. Découverte en 1783 par Sir Wilhelm Herschel elle nous donne l’impression d'observer une petite comète. Déjà visible avec une petite lunette on voit parfaitement sa forme cométaire avec les 280 mm R Monocerotis qui est la source de la nébuleuse variable. La meilleure image me donne mon Panoptik 24 mm.

D’ici ce n’est pas loin au NGC 2264 – l’amas de l’Arbre de Noël mais c'est une cible pour une prochaine fois.

Retour aux sources – la région de Sirius qui m'occupe déjà pendant une troisième soirée. Doucement je veux m’approcher du « casque de Thor ». Comme ça on en profite plus...

D’abord NGC 2360 è détour via M46 avec sa néb. planétaire NGC 2438 (oouuhhoaahhh...) et M47, puis NGC 2423 et bien sur Bas11A et NGC 2374 et et et et... voilà NGC 2359 – le Casque de Thor. Par « starhop » j’ai identifié la zone en question. Sans mon filtre interférentiel UHC la nébuleuse est à peine perceptible par contre avec ce filtre dans mon Nagler 31 il nous montre sa vraie dimension sans dévoiler sa forme caractéristique. Quand même impressionnant – on l’a eu !!! Ca mérite une petite pause et une tasse de thé.

Mais on n’arrête pas encore. Sur la même ascension droite on trouve NGC 2345, puis je monte en déclinaison pour joindre NGC 2343 et stop – c’est quoi ce petit rectangle ? Cet amas vraiment remarquable par sa géométrie attire tout notre attention. Steven O’Meara écrit dans son « Herschel 400 Observing Guide » : « It is the most conspicuous of four clusters in a 1° area of the sky... The cluster is a very pretty sight in small telescopes and a rich delight in larger ones ». Cet amas surprenant a une distance de 2'600 a IC 2177 qui est invisible pour mon télescope. Cette nébuleuse galactique par contre se trouve dans une distance de 4'300 a.l.

Déjà dans ce coin de l’univers je monte encore vers NGC 2335 qui se trouve apparemment au bout de IC 2177 et qui m’a donné  un peu l’impression de regarder dans la vraie profondeur de l’espace (ok, la température est maintenant aussi proche de -14°C).

Cependant le télescope se couvre de plus en plus avec du givre – sauf  l’optique. Heureusement la résistance chauffante fonctionne à merveille et garantit une lame de Schmidt bien sèche.

Gentiment on commence à penser au départ parce que on n’est pas loin de 01h 00 mais on se fait encore une plaisir : M50 ce splendide amas fait presque mal aux yeux par sa luminosité et sa taille. Nico part après cet objet et je clôture la soirée avec l’amas stellaire Mel 71 ou on dirait – un amas globulaire. D’après moi il mérite d’avoir un numéro de Messier ainsi que NGC 2396 à sa géométrie serpentine où une étoile proche parait assez éblouissante. Chez Luginbuhl / Skiff on peut lire : « spilling over the border into Puppis, this widespread cluster is best viewed with smaller apertures and wide fields ». Quel bonheur – la prochaine fois je vais sortir mon TMB 130/780 pour admirer ce petit bijoux.

Bon il faut enfin terminer - démontage du télescope et départ vers 01h 30 en direction du Pays de Gex qui est toujours sous la brume – merci La Faucille, tu peux nous retenir le brouillard un peu plus souvent . . .

Thomas

Retour...